Reidun (info en français)

Le calendrier des concerts se trouve ici: https://harpmusic.ie/live-dates/

Reidun Schlesinger

Reidun joue de la harpe celtique depuis 1989, et de la harpe chromatique depuis 1999. Elle donne régulièrement des stages de harpe en Allemagne (par exemple le “Harfentreffen”), en France (Rencontres Internationales de Harpe Celtique de Dinan”), au Benelux, et en Irlande, où elle vit depuis 2008. Enseignante à l’école de musique « Killarney School of Music » (2010-2017), pour l’organisation de musique traditionnelle Comhaltas et au “Reidun’s Harp Centre”, elle est baignée dans la tradition musicale irlandaise. Elle a publié une méthode de harpe, en allemand (2009), et en Anglais “My Little Irish Harp Book” (2018), et était membre du groupe belge « Amorroma » pendant 5 ans (2003-2008). Elle joue en duo avec le guitariste Paul de Grae (“Amala”; CD “resonance”), et en duo avec le joueur de Uilleann Pipes et multi-instrumentaliste Barry Lynch.

Reidun (Parcours Musical)

C’est à l’âge de douze ans que Reidun entama son parcours musical avec une guitare et une flûte à bec. A cette époque-là elle rêvait plutôt d’une carrière d’écrivain et se passionnait pour le dessin. Sa mère, elle même férue de danse et des “ bals folk ”, l’emmena à des festivals folk de la région. Un jour, en automne 1989, elle organisa chez elle un concert avec un harpiste d’Aix-la-Chapelle (Aachen), Thomas Breckheimer, qui envoûtait son public avec des interprétations d’O’Carolan (1670-1738), harpiste et compositeur célèbre d’Irlande. Ceci alla changer la vie de Reidun ! A l´âge de 18 ans, elle commença à jouer de la harpe celtique (sur une magnifique harpe antique Eagan, en chêne, avec des chimères dorées et des trèfles peints sur la table de résonance). Thomas lui enseigna l’improvisation, le jeu à l’oreille (la façon “ traditionnelle ” !) et l’arrangement (p.ex. comment trouver des accords intéressants sur une mélodie). Il l’emmena aux festivals de harpe, notamment le légendaire “ Harfentreffen ” allemand ou même à Edimbourg. Il l’encouragea à suivre un stage de fabrication de harpe avec Frank Sievert en 1991 d’où elle rentra après trois semaines de ponçage, rabotage et cirage avec sa première harpe à elle, en frêne cette fois-ci. Vers cette époque, des harpistes comme Uschi Laar, Rudiger Oppermann, Stefan Battige ou Jochen Vogel ont fortement influencé son évolution musicale.

Née de parents allemands (en 1971) mais ayant grandi en Belgique, Reidun se sent “ chez elle ” des deux côtés de la frontière. En 1994, elle s’installa à Liège, une des motivations étant de perfectionner son français. S’ensuivit une période de sa vie assez romantique : à la place de commencer des études “ sérieuses ” pour obtenir un boulot “ crédible ” par la suite, elle décida de devenir harpiste ! Et commença à jouer dans les rues.

La générosité des Liégeois, et une harpiste chanteuse passant un jour dans le piétonnier (Yannick Vandenbroucke) l’encourageaient dans cette décision. Yannick, qui elle-même jouait sur une magnifique et ancienne harpe Erard, la présenta à Sophie Hallynck qui, à l’époque, donnait cours de harpe classique à l’académie de musique de Liège. Pendant les deux années qui s‘ensuivirent, ces leçons devinrent la demi-heure la plus précieuse de la semaine !

En 1996, Reidun dut comprendre qu’elle était trop “ vieille ” pour une carrière de harpiste classique. Dès lors, elle utilisa tout l’argent qu’elle avait économisé jusque-là pour acheter une harpe à pédales, pour – dépense nettement moins poétique – acquérir une voiture. Décision aussi prosaïque que pratique, car elle tournait déjà avec toute une équipe d’artistes, jongleurs, acteurs, musiciens ; et qu’il s’agissait de trimballer tout leur matériel – souvent au fin fond des Ardennes belges, vers un château aussi inaccessible que perdu au milieu des bois, et où jamais le moindre train ou bus n’avait été aperçu de mémoire d’homme ! Avec Christophe Dadseux, conteur de légendes, et l’asbl “ Rumelin ”, la petite troupe baroudait d’une fête médiévale à l’autre, de village en château, le plus souvent dans la partie francophone du pays.

Quand, en 1998, Christoph Pampuch présenta sa harpe chromatique au public (article en langue française sur son site www.carolan.de ), elle en commanda une immédiatement mais dut patienter pendant plus d’une année. En 1999 finalement, elle investit la harpe à cordes croisées 6/6, instrument moderne qui ne privilégie plus une seule tonalité, mais autorise l’égalité des gammes !

Reidun passa 8 ans à Liège, tout en faisant déjà la navette entre la Belgique et l’Allemagne, où elle donnait des cours de harpe celtique, et où elle jouait dans le groupe irlandais “ Ae Nicht ” . Et où, finalement, elle entra au conservatoire d’Aix-la-Chapelle pour étudier la harpe (avec Helga Storck), la musique en général et la pédagogie de la musique pendant deux ans. Vers la même époque elle rejoint Philippe Dejace pour former le duo “ Dunlin ” (harpe et violon irlandais).

En 2001, Reidun rencontra Jowan Merckx au festival “ Namur en Mai ”, s’ensuivent 5 années de travail musical intense, car il lui demanda de rejoindre son groupe “ Amorroma ”. Avec cette formation, on peut l’entendre sur plusieurs CD :“ Carduelis ” (2003) “ Balance ” (2005) “ Les Tisserands ” (2006), qui réunit les groupes “Amorroma ”(Folk), “ Traces ”(Jazz) et “ Zefiro Torna ” (musique ancienne).

Le Trio « Fasiré » avec harpe chromatique, violon (Falk Peters), chant et percussion (Silvia Herl-Peters) explore les musiques traditionnelles non seulement irlandaises mais aussi suédoises, les rythmes des balkans, des chansons hongroises ou encore des mélodies klezmer.

Lors d’un “ St Paddy’s Day ” à Braives (B), en 2006, elle rencontre l’irlandais Barry Lynch (Uilleann Pipes, low and tin whistle, chant, bodhran)  du groupe trad “ Tuatha ” et se remet à jouer de la musique irlandaise, et commence à s´intéresser à d’autres instruments utilisés en musique trad, comme l’accordéon et le concertina.

Depuis 2008 elle vit en Irlande (Kerry) comme harpiste indépendante et donne des cours de harpe et de musique traditionnelle irlandaise, entre autres à l’école de musique de Killarney et à « Reidun’s Harp Centre » près de Killorglin.

Elle a publié une méthode de harpe celtique, en allemand (« Mein Schlaues Harfenbuch » 120 pages & CD), en 2009, une série des cahiers de musique traditionnelle pour débutants (« Let´s Have a Tune ! », pour tin whistle, harpe, guitare, accordéon, concertina, banjo, mandoline) en notation ABC pour ses jeunes élèves irlandais, avec accent sur le jeu d’ensemble dès le début et “My Little Irish Harp Book” (2018).

Elle peut être entendue avec des groupes de musique traditionnelle divers, en duo avec le joueur de uilleann pipes et multi-instrumentiste Barry Lynch, en solo sur harpes irlandaise et chromatique, et avec le duo harpe & guitare Amala avec le guitariste Paul de Grae avec qui elle vient d’enregistrer leur premier CD « resonance » ; voir aussi http://www.amala.ie

Concerts, stages et cours de harpe celtique en Irlande, Allemagne, aux Pays-Bas et en France.

Critique du CD d’Amala “resonance” 2016 dans “Harpes Mag”

Reidun Schlesinger nous a fait l’immense plaisir de nous envoyer, tout exprès d’Irlande, et avec une jolie carte du Kerry où elle habite et travaille, Resonance, le premier CD d’ Amala, le nouveau duo harpe-guitare qu’elle a formé avec le guitariste Paul de Grae. Une riche collection de compositions traditionnelles irlandaises dont plusieurs pièces de O’Carolan et l’unique Miss Hamilton de Cornelius Lyons , avec pour le même morceau quelquefois plusieurs versions de diverses provenances, un vrai travail de recherche, et tout cela interprété avec un sens parfait de ces rythmes de danses endiablées et subtiles à la fois. La guitare de Paul apporte un soutien rythmique des plus efficaces et ajoute vibrato et à l’occasion modulations folk au jeu virtuose de Reidun. Les deux musiciens ont mis aussi dans ce disque des morceaux d’origines variées, mazurkas, polkas et même bourrées auvergnates…On sent qu’ils s’amusent à jouer tout cela tantôt de façon traditionnelle, voire puriste, tantôt dans des arrangements très personnels et audacieux, jazzy ou bluesy à souhait. Aussi au programme une très belle pièce du pianiste de jazz Dave Brubeck I’m still in love with a girl named Oli qui prend à la harpe chromatique et à la guitare un relief surprenant, et même un morceau attribué à Henry Purcell ! Quelques improvisations et compositions personnelles, notamment à la fin du disque cette biguine aux accents celtiques…qui prouvent que, dans la musique folk, tout est possible… Reidun joue sur une harpe celtique à crochets pas toute jeune, on dirait, mais dont elle extrait une sonorité superbe, et sur une chromatique 6/6 construite (en Allemagne, bien sûr!) par Henrik Schupp. Paul joue sur une guitare folk Martin qui date des années 80, et qui a du coffre… A noter aussi une prise de son très réussie, sans artifices ni montages ; voilà ce qu’en dit Reidun : ʺIl était important pour nous d’enregistrer cet album complètement en direct…seulement nousmêmes. Ce que vous entendez sur l’album est ce que vous entendez quand vous venez à un concert. Nous avons choisi d’enregistrer dans le studio de Garry O’ Briain, au bord du Burren, un homme et un lieu d’inspiration ! Garry a compris exactement ce que nous voulions et nous a mis en place dans une situation de jeu naturel, avec juste un panneau comme barrière acoustique entre nous et les microphones, placés prudemment, produisant un véritable son Amala. Nous aimons le résultat, nous espérons que vous l’aimerez aussi !ʺ